Entretenir son assainissement à filtre planté

Dispositif autonome de traitement des eaux usées – Entretenir son assainissement à filtre planté

Pourquoi entretenir son assainissement de type filtre planté ou phytoépuration ?

Une installation d’assainissement individuel ayant un filtre planté doit être entretenue régulièrement comme tout système de traitement des eaux usées. En effet, il en va de la qualité de rejet et du bon fonctionnement du système en place.

Le principe du système de traitement à base de filtre planté

Ce système d’assainissement autonome de type filtre planté, permet de traiter les eaux usées domestiques en utilisant principalement les plantes.

Effectivement, les plantes (de type macrophytes) sont utilisées pour épurer les eaux usées qui passent à travers des bassins. La couche inférieure de ces bassins est remplie d’un média filtrant (il peut s’agir de graviers avec une densité de granulométrie plus ou moins fines, de pouzzolane …).

Ce dispositif de traitement ne nécessite généralement pas d’électricité (sauf si la configuration du terrain nécessite l’installation d’un poste de relevage).

En assainissement non collectif (ANC) il est obligatoire que le système dispose d’un agrément ministériel.

D’ailleurs, vous pouvez consulter la liste « Les filtres plantés agréés » sur le site gouvernemental.

 

Les différentes configurations des filtres plantés

Le lagunage ou filtre à flux de surface :

Il s’agit d’un bassin ou d’un fossé étanche et planté, où l’eau circule avec une très faible profondeur. Ce principe s’apparente aux zones humides naturelles comme les marais.

Les systèmes de percolation ou de filtration souterraine :

Les systèmes de percolation ou de filtration souterraine sont conçus sous forme de bassins fermés et étanches. Ils sont remplis de substrat poreux, de terre, de roche ou de gravier, saturé en partie.

Les systèmes hybrides :

Certains fabricants proposent des systèmes hybrides qui utilisent une cuve en amont du filtre à proprement parlé.

 

Quel est le rôle des végétaux dans un assainissement de type filtre planté?

Les végétaux ont un rôle important dans le dispositif, c’est pourquoi il faut veiller à son entretien. Aussi, les végétaux ont principalement une action mécanique avec comme fonction principale d’empêcher le colmatage du filtre.

En outre les plantes, via leurs systèmes racinaires (rhizomatique) permettent d’oxygéner et de drainer afin de favoriser les bactéries épuratrices aérobies.

Il est intéressant de noter que différentes espèces de végétaux peuvent être utilisées (massettes, iris des marais, salicaires, rubaniers, scirpes, menthes aquatiques, plantains d’eau,…)

En fonction des fabricants, différentes solutions existent sur le marché, avec prétraitement ou sans prétraitement. Les fabricants proposant des solutions sans prétraitement disposent de deux traitements par filtration, l’une horizontale et l’autre verticale.

 

Connaître la fréquence d’intervention pour entretenir un filtre planté ?

Ce que nous pouvons dire selon les différents types d’installations proposées par les fabricants :

  • Fauchage ou faucardage : 1 fois par an (en fin d’hiver ou au printemps)
  • Désherbage manuel : 2 fois par an
  • Vérification du bon fonctionnement épuratoire (selon l‘installation : contrôles des drains, de l’étanchéité des bâches si existantes, de la santé des végétaux, du niveau du prétraitement, du traitement en sortie du filtre, des autres éléments de type chasse à auget ou poste de relevage) : 1 fois par an
  • Composte éventuellement : tous les 10 ans

AMI assainissement peut intervenir pour l’entretien de votre dispositif d’assainissement de type filtre planté végétalisé.

Pour connaitre les conditions et tarifs, n’hésitez  pas à nous contacter


Article Communiqué Dispositif d'assainissement autonome – Entretenir sa filière à filtre végétalisé - © AMI Assainissement

Dispositif autonome de traitement des eaux usées – Entretenir sa microstation

Pourquoi entretenir sa microstation

Entretenir sa microstation - Dispositif autonome traitement eaux usées.Entretenir sa microstation

En tant qu’usager d’un dispositif autonome de traitement des eaux usées, vous êtes responsable suivant la législation française en vigueur, des rejets produits en sortie de votre microstation. Un contrôle périodique de votre installation d’assainissement est effectué par l’organisme local habilité. Il peut s’agir du SPANC (Service Public  d’Assainissement Non Collectif), l’Agence de l’Eau ou la Police de l’Eau.

Précautions d’usage pour le bon fonctionnement de votre microstation

Vous pouvez bien entendu vérifier visuellement si votre installation fonctionne normalement. Mais une visite de routine d’une microstation est fortement recommandée. Effectivement, votre installation est tout simplement une station d’épuration miniature. Elle doit donc être surveillée, que ce soit au niveau du fonctionnement ou de la qualité du traitement. En cas de doute ou de constat d’un dysfonctionnement, il faut faire appel à un professionnel. Il pourra effectuer un diagnostic précis et complet.

Principe de fonctionnement d’une microstation

Le traitement biologique dit « à boues activées » utilise les micro-organismes ou bactéries naturellement présents dans l’eau. Les matières organiques seront alors transformées et dégradées . Ce principe de traitement des eaux usées est moins dangereux pour l’homme et la nature que les procédés nécessitant l’adjonction de produits chimiques.

En effet, il permet de rejeter les eaux traitées directement dans le milieu naturel ou de réutiliser l’eau en irrigation souterraine pour le jardin.

Les différents types d’effluents rejetés par une habitation sont appelés « eaux grises » et « eaux vannes ».

Les eaux grises sont les eaux provenant des lavabos, lave-linge, douche,…. et les eaux vannes sont les eaux rejetées par les toilettes. Les eaux vannes sont responsables, à elles seules, de 60 % de la pollution à traiter.

Ces eaux usées contiennent des matières organiques, azotées et phosphorées, des micro-organismes pathogènes et des matières en suspension. Ces matières peuvent provoquer maladies, pollution organique et eutrophisation. Leur traitement permet donc d’éliminer ces risques et de sauvegarder les milieux naturels.

En quoi consiste l’intervention par un professionnel sur votre dispositif d’assainissement?

Le technicien procèdera lors de sa visite à la vérification et au contrôle  :

  • des appareils électromécaniques, moteur, surpresseur, compresseur en fonction du modèle en place
  • des éléments de surveillance comme les systèmes d’alarme ou sonores
  • des systèmes de ventilations
  • du niveau des boues
  • du bon traitement et à la qualité du rejet.
  • des entrées et sorties de la microstation afin de prévenir les éventuels problèmes de colmatage

Le cahier de vie est le carnet de santé de votre microstation

Le carnet de vie vous permettra de synthétiser tous les documents affairant à votre microstation (bordereau d’intervention des techniciens, bordereau de vidange, garantie fabricant, guide d’utilisation de votre installation…). Vous y trouverez aussi des conseils et le lien officiel sur les lois et décrets en vigueur sur l’assainissement non collectif en France.

Ami assainissement peut effectuer une intervention d’entretien sur votre microstation. Un contrat d’entretien adapté à votre dispositif d’assainissement autonome peut vous être proposé. Renseignez-vous, demandez un devis GRATUIT.

La société AMI assainissement intervient aussi sur tous les systèmes d’assainissement autonome. Il peut s’agir d’un assainissement individuel, d’un assainissement semi collectif ou d’un assainissement collectif.

Pour connaitre les conditions et tarifs, n’hésitez  pas à nous contacter


Article Communiqué Dispositif autonome de traitement des eaux usées - Entretenir sa microstation - © AMI Assainissement