analyse des eaux usées traitées

En quoi consiste l’analyse des eaux usées traitées en assainissement autonome

 

L’évaluation de la conformité des rejets de systèmes de traitement des eaux usées nécessite la prise d’échantillons d’eaux usées traitées à la sortie des systèmes pour analyse de leur qualité.

En quoi consiste l’analyse des eaux usées traitées en assainissement autonome.

Réalisation d’un suivi en conditions in-situ d’installations d’ANC

  • La génération d’eaux usées en provenance d’une habitation individuelle est conditionnée par les activités des occupants très variables d’une habitation à une autre (les périodes à débit nul sont fréquentes);
  • Les paramètres physiques des canalisations qui conduisent les eaux usées brutes depuis l’habitation à l’entrée du dispositif de traitement sont différentes (pente, diamètre, coudes) et influent sur la qualité de l’influent à traiter;
  • Le positionnement du point de rejet varie aussi d’un site à un autre en fonction des contraintes de terrain (sortie près de la surface ou en profondeur) rendant l’échantillonnage délicat à reproduire strictement d’un site à un autre;
  • L’aménagement du point de collecte des eaux usées traitées varie d’un type de système à un autre; · L’état de l’installation (entretien) et du process (gestion des boues, maintenance) ont un lien direct avec les résultats du traitement.

Analyse eaux usées traitées méthodologie

Dans ces conditions, il est nécessaire de prendre des précautions afin d’assurer la représentativité des prélèvements.

Dans tous les cas, la reproduction de conditions représentatives strictes à respecter pour le point de prélèvement est incontournable :

  • Nettoyage soigneux du point de prélèvement sans usage de produits nettoyants (uniquement eau et chiffons)
  • Rétention d’un volume d’eau suffisant, sans zone stagnante, afin de réaliser le prélèvement à l’aide d’une crépine et d’un préleveur automatique ;
  • Aucun prélèvement sur un fond de conduite.

Suivi in-situ d’installation d’ANC / échantillonnage

Différentes études/protocoles de suivi in-situ d’installation d’ANC démontrent que seuls les prélèvements composés 24 heures sont reconnus et appliqués par les organismes recensés.

L’échantillonnage ponctuel est limité à l’analyse des paramètres bactériologiques ou est utilisé à des fins de caractérisation sommaire de la qualité de l’effluent à la sortie du traitement primaire.

(Source : Document IFAA )

AMI assainissement propose des interventions in-situ afin d’effectuer la prise d’échantillons d’eaux usées traitées.

Pour connaitre les conditions et tarifs, n’hésitez  pas à nous contacter


Article : En quoi consiste l'analyse des eaux usées traitées 
en assainissement autonome © AMI Assainissement

Référentiel d’activité et de compétences : Vidange des installations d’ANC (Assainissement Non Collectif)

Référentiel d’activité et de compétences : Vidange des installations d’ANC (Assainissement Non Collectif)

Finalité

Vidanger une installation d’assainissement non collectif dans le respect de la réglementation en vigueur et des règles de l’art, afin de garantir son bon fonctionnement dans la durée.


Définition des activités

La vidange est une activité réglementée (agrément préfectoral) consistant à pomper un volume de boues et flottants lorsque cela est nécessaire, conformément à la norme NF P16-008 concernant l’entretien des installations d’ANC.

Activités

  • Diagnostic des installations
  • Vidange de cuve, curage et débouchage de tuyaux
  • Evacuation et dépotage des boues
  • Entretien et maintenance du camion de vidange

Détail des missions

  • Communiquer avec le client afin de repérer les différents éléments de l’installation et réaliser un diagnostic visuel rapide des éléments
  • Réaliser les opérations de vidange, curage et débouchage selon la réglementation et les règles de l’art
  • Formaliser les opérations en établissant un certificat de vidange et les consigner dans le cahier de vie de l’installation
  • Evacuer et dépoter les boues dans un site adapté
  • Assurer la gestion technique du camion de vidange en appliquant les mesures d’entretien du système de pompage et de la cuve et en renouvelant régulièrement les pièces sensibles du système de pompage

Compétences requises

Connaissances

  • Connaître les rôles et responsabilités des acteurs de l’ANC (SPANC, concepteur, maître d’ouvrage, installateur, société de maintenance…)
  • Connaître les prescriptions réglementaires et normatives générales régissant la vidange des installations d’assainissement non collectif
  • Connaître le fonctionnement général des filières traditionnelles et des filières agréées en assainissement non collectif
  • Connaître le rôle, le fonctionnement et les opérations d’entretien des divers éléments constituant une filière d’ANC
  • Connaître les risques sanitaires liés à l’activité et les comportements et équipements qui permettent de s’en prémunir

Savoir-faire techniques et relationnels :

  • Formation FIMO-FCO
  • Formation pour l’utilisation des véhicules et notamment de la haute pression
  • Conseiller le client et communiquer avec sa direction

Qualités et aptitudes :

  • Respecter les règles d’hygiène et sécurité
  • Respecter les engagements contractuels

Matériel requis

  • Equipements de protection individuelle
  • Accessoires hygiène et sécurité
  • Boîte à outils
  • Matériel nécessaire à l’établissement du certificat de vidange
  • Camion de vidange

Autres

  • Cette activité nécessite d’être assuré en responsabilité civile professionnelle mentionnant l’activité de vidange d’installations d’assainissement non collectif.

Télécharger le Référentiel activité et compétences vidangeurs_IFAA V3 180307.pdf

 


Article "Référentiel d’activité et de compétences : Vidange des installations d’ANC (Assainissement Non Collectif)"
© AMI Assainissement

Assainissement Non Collectif, guide d’information sur les installations

Vous trouverez les informations utiles sur votre dispositif d’assainissement autonome dans la documentation officielle du fabricant ou directement sur le matériel installé chez vous.

 

 

La documentation de votre dispositif d’assainissement individuel

La documentation est normalement  fournie lors de la vente du produit ou lors de  l’installation par le professionnel  habilité.

Que faire si vous avez fait l’acquisition d’une habitation et que l’ancien propriétaire n’a plus en sa possession les documents du fabricant ?

Vous avez la possibilité de consulter les guides des fabricants depuis le site internet du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire et le Ministère des Solidarités et de la Santé,  qui répertorie tous les systèmes d’assainissement non collectif agréés en France.

La documentation des installations d’assainissement non collectif  est accessible à cette adresse :

http://www.assainissement-non-collectif.developpement-durable.gouv.fr/agrement-des-dispositifs-de-traitement-r92.html

Trouver les informations de système d’assainissement autonome ?

Vous êtes locataire ou propriétaire, utilisateur d’un dispositif d’assainissement autonome de traitement des eaux usées?

Vous pourrez alors consulter le guide de l’utilisateur selon le modèle en place.

Il peut s’agir de l’un des  systèmes d’assainissement suivant :

  • Filtres compacts agréés
  • Filtres plantés agréés
  • Micro-stations à cultures libres agréées
  • Micro-stations à cultures fixées agréées

 

Les informations de votre système d’assainissement sur le matériel installé

Comment identifier le modèle et la marque du système d’assainissement installé chez vous?

Il peut suffire de regarder les informations marquées sur la cuve principale en enlevant le(s) capot(s). Certaines cuves ou microstation possède un numéro de série ou un numéro d’identification fabricant gravé à même la cuve ou inscrite sur une plaque.

Si vous avez une installation fonctionnant avec de l’électromécanique comme les micro-stations, vous trouverez des informations techniques sur la plaque du moteur (à l’intérieur de la station ou du surpresseur (à l’extérieur de la station, dans un petit local prévu à cet effet).

Il est parfois possible de relever des indications dans le coffret électrique alimentant la station d’assainissement.

Si vous possédez un poste de relevage, il peut aussi être utile de relever les informations sur celui-ci.

Vous n’arriveriez pas à identifier votre système d’assainissement autonome en place?

Vous pouvez prendre des photographies de l’installation afin de les transmettre à la société qui interviendra pour l’entretien.

N’hésitez pas à prendre également des photos des éléments qui composent le système (moteur, turbine, surpresseur, tableau de commande, filtre, capots …)

Cela facilitera et surtout permettra au technicien qui procédera alors à l’entretien et la maintenance, de mieux identifier votre matériel.

Référentiel d’activité et de compétences : Entretien et maintenance des installations ANC

Référentiel activité compétences ANC

Finalité

Mettre en service, entretenir et dépanner une installation d’assainissement non collectif dans le respect de la réglementation en vigueur et des règles de l’art, afin de garantir son bon fonctionnement dans la durée.

Définition des activités

Référentiel activité compétences ANC

La mise en service consiste à réaliser les opérations de vérification de la mise en œuvre et à mettre en fonctionnement l’installation d’assainissement non collectif.

L’entretien regroupe l’ensemble des opérations destinées à conserver une installation d’assainissement non collectif dans des conditions données de fonctionnement, conformément à la norme NF P 16-008 concernant l’entretien des installations d’ANC.

La maintenance rassemble l’ensemble des opérations couvrant le remplacement de composants et d’éventuelles réhabilitations ou renouvellements de sous-ensembles de l’installation, conformément à la norme NF P 16-008 concernant l’entretien des installations d’ANC.

Le dépannage consiste à réaliser l’ensemble des opérations permettant une remise en état de fonctionnement d’une installation d’ANC dans le cadre d’une intervention ponctuelle et curative.

Des opérations de suivi, de mesures et d’analyses de la qualité des rejets des installations peuvent également être réalisées.

Activités

  • Diagnostic
  • Mise en service
  • Entretien et maintenance
  • Dépannage

Détail des missions

  • Communiquer avec le client afin de repérer les différents éléments de l’installation et réaliser un diagnostic visuel rapide des éléments
  • Réaliser des visites d’entretien de l’installation de traitement des eaux usées au rythme convenu avec le client (vérification des points de contrôle déterminés par le fabricant, mesure de la hauteur de boues, prévention des risques de rejet et de pollution due à l’installation, test du bon fonctionnement de l’installation)
  • Intervenir en cas de panne électrique, électromécanique, biologique ou hydraulique (identification de la panne ou du dysfonctionnement, commande des pièces à changer et résolution de la panne)
  • Formaliser les opérations en établissant un rapport d’intervention et les consigner dans le cahier de vie de l’installation
  • Proposer un contrat d’entretien standard

Compétences requises

Connaissances

  • Connaître les rôles et responsabilités des acteurs de l’ANC (SPANC, concepteur, maître d’ouvrage, vidangeur, société de maintenance…)
  • Connaître les prescriptions réglementaires et normatives générales régissant l’activité (assainissement, sol, environnement, santé, construction)
  • Connaître le fonctionnement général des filières traditionnelles et des filières agréées en assainissement non collectif
  • Connaître le rôle, le fonctionnement et les préconisations d’entretien-maintenance des divers éléments constituants une filière d’ANC
  • Connaître les opérations d’entretien et de maintenance des installations avant intervention.
  • Connaître les risques sanitaires liés à l’activité et les comportements et équipements qui permettent de s’en prémunir

Savoir-faire techniques et relationnels :

  • Qualifications en électricité et électromécanique
  • Maitrise des équipements et des consignes associées propres à chaque produit et chaque fabricant (cf guide utilisateur)
  • Conseiller le client et communiquer en toute loyauté
  • Connaissances basiques de l’outil informatique

Qualités et aptitudes :

  • Respecter les règles d’hygiène et sécurité
  • Respecter les engagements contractuels

Matériel requis

  • Equipements de protection individuelle
  • Accessoires hygiène et sécurité
  • Boîte à outils
  • Matériel nécessaire à l’établissement et à la restitution du diagnostic et des opérations réalisées
  • Matériel de contrôle de l’installation et du rejet
  • Pièces de remplacement et consommables

Autres

  • Cette activité nécessite d’être assuré en responsabilité civile professionnelle mentionnant l’activité de maintenance d’installations d’assainissement non collectif

Télécharger le Référentiel activité et compétences sociétés de maintenance_IFAA V3 180313.pdf

Site IFAA 


Article Communiqué : Référentiel activité compétences ANC

Dispositif Assainissement Non Collectif : ce que dit la loi en vigueur

Dispositif Assainissement Non Collectif : ce que dit la loi en vigueur

Etre propriétaire ou usager d’un système de traitement des eaux usées, d’un dispositif d’assainissement autonome qu’il s’agisse d’une micro-station d’une fosse septique, d’une fosse toutes eaux d’un filtre planté de roseaux nécessite une surveillance périodique de l’installation.

L’assainissement est une affaire sérieuse, elle détermine l’un des éléments de confort les plus importants de votre foyer.

Responsabilité de l’usager

Tous les particuliers, propriétaire ou locataire d’une habitation située dans une zone d’assainissement non raccordée au tout à l’égout, utilisant par conséquent un système d’assainissement non collectif, se retrouvent de facto responsables de la mise aux normes et de l’entretien du dispositif.

Une installation rustique ou inadaptée peut entrainer bien des désagréments. Cela peut avoir un impact néfaste pour les résidents de l’habitation mais aussi pour l’environnement proche de l’installation.

Il est important de souligner qu’il est de la responsabilité du propriétaire d’en assurer le fonctionnement en réalisant l’entretien et en faisant périodiquement vidanger son installation (code de la santé publique)

Contrôle des installations par l’agent du service public

La loi confère aux agents du service d’assainissement non collectif, le SPANC, l’Agence de l’eau ou la Police de l’eau, un droit d’accès aux propriétés privées pour le contrôle de ces installations.

La loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 31 décembre 2006 a introduit de nouvelles dispositions sur l’Assainissement Non Collectif (ANC), un mode d’épuration des eaux usées qui touche 5.4 millions de logement.

La mission de service public confiée aux communes (en date du 1er janvier 2006) doit garantir la salubrité publique et s’assurer de la compatibilité des systèmes d’assainissement avec les exigences de la santé publique et de l’environnement.

La vérification et surveillance périodique de tout dispositif d’assainissement autonome est nécessaire. Elle procure une tranquillité aux propriétaires et locataires, elle garantit le bon fonctionnement des installations.

Ce que disent les textes pour l’entretien et la vidange d’un assainissement non collectif

Pour un simple entretien ou une vidange, les textes indiquent uniquement que ceux-ci doivent être réalisés « régulièrement ».

Dans la pratique, la périodicité de vidange de la fosse toutes eaux doit être adaptée en fonction de la hauteur de boues qui ne doit pas dépasser 50% du volume utile (Arrêté du 7 septembre 2009 fixant les prescriptions techniques applicables aux installations d’ANC recevant une charge brute de pollution organique inférieure ou égale à 1,2 kg/j de DBO5). Pour des installations de type micro-station, on constate suivant les préconisations des fabricants une hauteur de boues à ne pas dépasser de 30% à 50% du volume utile.

Pour des informations précises sur la périodicité de vidange de votre installation, nous vous conseillons de vous référer au guide de l’utilisateur du fabricant de votre dispositif d’assainissement.

Deux arrêtés, respectivement du 7 mars 2012 et du 27 avril 2012, entrés en vigueur le 1er juillet 2012, révisent la réglementation applicable aux installations d’assainissement non collectif :

Egalement en bref :

  • Loi sur l’eau du 3 janvier 1992 : elle impose aux élus d’assurer la compétence « contrôle » des installations ANC, et de créer un SPANC pour le 31 décembre 2005 au plus tard.
  • Loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006 : elle maintient la compétence obligatoire des communes en matière de « contrôle ». Elle créée la possibilité de créer des SPANC « à la carte » avec prise en charge de compétence(s) facultative(s), à la demande des usagers. Elle introduit la création d’un agrément préfectoral pour les personnes qui effectuent la vidange et l’entretien des installations ANC.

Les entreprises d’assainissement proposent aux communes de prendre en charge la compétence entretien dans le cadre d’une Charte de Qualité avec les professionnels agréés et de maintenir un équilibre concurrentiel local.

  • Arrêté du 22 juin 2007 : il porte notamment sur les dispositifs d’assainissement non collectif recevant une charge brute de pollution organique supérieure à 1,2 kg/j de DBO5 (soit 20 Equivalents Habitants).
  • Arrêtés du 6 mai 1996 : ils portent sur les prescriptions techniques et sur les modalités de contrôle applicables aux systèmes d’assainissement non collectif.
  • Circulaire du 22 mai 1997 : elle apporte des précisions sur l’application des arrêtés du 6 mai 1996.

Filières d’Assainissement Non Collectif ( ANC ) avec agréments ministériels

Agrément des dispositifs de traitement des eaux usées en ANC

Vous êtes utilisateur ou futur acquéreur d’un système d’assainissement des eaux usées et vous souhaitez trouver des informations sur les différents systèmes.

Vous pourrez consulter les préconisations des différents fabricants et comparer dans les détails les différents points techniques sur le site ministériel français.

Consultez la [liste des filières d’assainissement non collectif ( ANC ) agréées] en France.


 

Réglementation assainissement autonome

Reglementation assainissement autonome

La réglementation en vigueur de l’assainissement autonome

Les textes fondateurs publié le 7 août 2015 (modifié le 20 septembre 2016) ainsi que la loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006, la loi portant engagement national pour l’environnement du 12 juillet 2010 ont modifié la réglementation en assainissement non collectif.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le portail du Ministère de la Transition écologique et solidaire et du
Ministère des Solidarités et de la Santé.

http://www.assainissement-non-collectif.developpement-durable.gouv.fr/recueil-de-textes-r107.html

Vous y retrouverez :

  • Les dispositions législatives et réglementaires relatives à l’ANC
  • Le règlement européen sur les produits de construction
  • Les textes d’application publié le 7 août 2015 (modifié le 5 janvier 2016)
  • Les prescriptions techniques qui s’appliquent aux dispositifs d’ANC
  • Les modalités de la mission de contrôle de l’ANC
  • Les modalités de l’agrément des vidangeurs
  • Les conditions relatives à l’éco-prêt à taux zéro
    Les dispositions relatives aux permis de construire
  • Les dispositions relatives aux rapports annuels sur le prix et la qualité des services publics d’eau potable et d’assainissement
  • Les exceptions à l’application du principe « silence vaut acceptation » pour les actes des collectivités territoriales et leurs établissements publics
  • Le commentaire technique de l’arrêté du 21 juillet 2015 publié le 20 juin 2016 (modifié le 2 mars 2017)