entretien sur un assainissement autonome

Opérations d’entretien sur un assainissement autonome afin d’éviter les colmatages

Éviter les colmatages assainissement autonome

Les risques de colmatage d’un dispositif d’assainissement individuel ne concerne pas uniquement les fosses septiques. Opérations d’entretien sur un assainissement autonome afin d’éviter les colmatages


Lors de demande d’intervention, nos techniciens constatent un manque de surveillance des appareillages d’assainissement autonome.

En effet citons comme premier exemple le constat de forte présence de boues dans le système de drainage. Un simple nettoyage sous pression peut suffire mais parfois il arrive que le propriétaire soit dans l’obligation d’effectuer des travaux. Selon l’étendu et l’importance des dégâts constatés, il peut arriver que le système de drainage doive être remplacé intégralement. De plus ces travaux sont des dépenses supplémentaires qui auraient pu être évitées.

En deuxième exemple citons un filtre, en aval d’une cuve de traitement principale, complètement saturé. L’usager devra alors faire intervenir une société spécialisée pour nettoyer ce filtre. Evidement si les canalisations sont également obstruées, une intervention devra être réalisée pour les déboucher. Là aussi la négligence de l’entretien de l’installation a produit des effets néfastes sur une partie importante du filtre qui fait partie du système de traitement des eaux usées.

Afin d’aider les usagers d’assainissement autonome à y voir plus clair, voici quelques précautions d’usages, en fonction du type de matériels d’assainissement en place.

Encore une fois, cela peut éviter de devoir changer tout ou partie de l’installation.

Fosse toutes eaux et fosse septique :
Vidanger régulièrement, en moyenne tous les 4 ans, pour évacuer les matières qui se déposent en fond de fosse.

Bacs à graisse :
Intervention de nettoyage 2 fois par an, procéder à la vidange du bac afin d’enlever les graisses en même temps que la vidange de la fosse.

Préfiltre :
Intervention de nettoyage 1 à 2 fois par an et si celui-ci est accessible le rincer à l’eau claire.

Regard de répartition :
Intervention de nettoyage 1 à 2 fois par an afin d’extraire entièrement toutes matières et le rincer à l’eau claire.

Regard de bouclage :
Intervention afin d’enlever les résidus éventuels, en principe il doit être sec.

Il est parfois compréhensible que l’usager n’a pas forcément le temps matériel de surveiller son installation d’assainissement autonome.

C’est pourquoi il est conseiller de faire appel à un professionnel qui effectuera lui-même les contrôles appropriés et qui saura alerter ou conseiller l’usager qu’il soit locataire ou propriétaire.


Article Communiqué Opérations d’entretien sur un assainissement autonome afin d'éviter les colmatages
© AMI Assainissement
Entretenir son assainissement à filtre planté

Dispositif autonome de traitement des eaux usées – Entretenir son assainissement à filtre planté

Pourquoi entretenir son assainissement de type filtre planté ou phytoépuration ?

Une installation d’assainissement individuel ayant un filtre planté doit être entretenue régulièrement comme tout système de traitement des eaux usées. En effet, il en va de la qualité de rejet et du bon fonctionnement du système en place.

Le principe du système de traitement à base de filtre planté

Ce système d’assainissement autonome de type filtre planté, permet de traiter les eaux usées domestiques en utilisant principalement les plantes.

Effectivement, les plantes (de type macrophytes) sont utilisées pour épurer les eaux usées qui passent à travers des bassins. La couche inférieure de ces bassins est remplie d’un média filtrant (il peut s’agir de graviers avec une densité de granulométrie plus ou moins fines, de pouzzolane …).

Ce dispositif de traitement ne nécessite généralement pas d’électricité (sauf si la configuration du terrain nécessite l’installation d’un poste de relevage).

En assainissement non collectif (ANC) il est obligatoire que le système dispose d’un agrément ministériel.

D’ailleurs, vous pouvez consulter la liste « Les filtres plantés agréés » sur le site gouvernemental.

 

Les différentes configurations des filtres plantés

Le lagunage ou filtre à flux de surface :

Il s’agit d’un bassin ou d’un fossé étanche et planté, où l’eau circule avec une très faible profondeur. Ce principe s’apparente aux zones humides naturelles comme les marais.

Les systèmes de percolation ou de filtration souterraine :

Les systèmes de percolation ou de filtration souterraine sont conçus sous forme de bassins fermés et étanches. Ils sont remplis de substrat poreux, de terre, de roche ou de gravier, saturé en partie.

Les systèmes hybrides :

Certains fabricants proposent des systèmes hybrides qui utilisent une cuve en amont du filtre à proprement parlé.

 

Quel est le rôle des végétaux dans un assainissement de type filtre planté?

Les végétaux ont un rôle important dans le dispositif, c’est pourquoi il faut veiller à son entretien. Aussi, les végétaux ont principalement une action mécanique avec comme fonction principale d’empêcher le colmatage du filtre.

En outre les plantes, via leurs systèmes racinaires (rhizomatique) permettent d’oxygéner et de drainer afin de favoriser les bactéries épuratrices aérobies.

Il est intéressant de noter que différentes espèces de végétaux peuvent être utilisées (massettes, iris des marais, salicaires, rubaniers, scirpes, menthes aquatiques, plantains d’eau,…)

En fonction des fabricants, différentes solutions existent sur le marché, avec prétraitement ou sans prétraitement. Les fabricants proposant des solutions sans prétraitement disposent de deux traitements par filtration, l’une horizontale et l’autre verticale.

 

Connaître la fréquence d’intervention pour entretenir un filtre planté ?

Ce que nous pouvons dire selon les différents types d’installations proposées par les fabricants :

  • Fauchage ou faucardage : 1 fois par an (en fin d’hiver ou au printemps)
  • Désherbage manuel : 2 fois par an
  • Vérification du bon fonctionnement épuratoire (selon l‘installation : contrôles des drains, de l’étanchéité des bâches si existantes, de la santé des végétaux, du niveau du prétraitement, du traitement en sortie du filtre, des autres éléments de type chasse à auget ou poste de relevage) : 1 fois par an
  • Composte éventuellement : tous les 10 ans

AMI assainissement peut intervenir pour l’entretien de votre dispositif d’assainissement de type filtre planté végétalisé.

Pour connaitre les conditions et tarifs, n’hésitez  pas à nous contacter


Article Communiqué Dispositif d'assainissement autonome – Entretenir sa filière à filtre végétalisé - © AMI Assainissement
Entretien d'un filtre à sable en assainissement autonome

Entretien d’un filtre à sable en assainissement autonome

 

 

Entretien d’un filtre à sable en assainissement autonome

L’entretien d’un filtre à sable en assainissement autonome est une opération à ne pas négliger. En effet, un filtre à sable d’une installation autonome de traitement des eaux usées mal ou peu entretenu provoquera des dysfonctionnements.

Les dysfonctionnements d’un filtre à sable en assainissement individuel sont souvent causés par un colmatage. De plus, les pannes et désagréments qui en découlent, se déclarent rapidement après le constat de colmatage.


D’ailleurs selon une étude réalisée par l’ONEMA et l’IRSTEA, on peut lire :
 » … il est considéré que le bon écoulement des eaux usées au sein des massifs filtrants est un critère essentiel caractérisant l’état de fonctionnement de l’installation. Une installation colmatée est synonyme de traitement très diminué voire nul, car les effluents peuvent être rejetés sans traitement. »

L’entretien régulier d’un filtre à sable prolonge la durée de vie du dispositif en place :

  • fosse toutes eaux,
  • préfiltre,
  • bac à graisses.

Une vérification s’impose pour l’entretien des filtres drainés :

  • les regards de drainage,
  • les regards de répartition,
  • les regards de bouclage,
  • les regards de collecte.

Il faut que l’eau s’écoule parfaitement.

 

Rappel sur le principe de fonctionnement d’un filtre à sable en assainissement autonome 

 (source IFAA – Syndicat des Industries et Entreprises françaises de l’Assainissement Autonome))
 

Le traitement des eaux usées se fait en 2 étapes :

  • Une phase de traitement primaire « prétraitement »,
  • Une phase de traitement.

 

Traitement primaire (appelé « prétraitement »)

Le prétraitement est constitué d’une fosse toutes eaux (anciennement appelée fosse septique). Si nécessaire, celle-ci peut être complétée par un préfiltre et/ou un bac dégraisseur.

Une fosse septique toutes eaux est une cuve étanche qui reçoit l’ensemble des eaux usées ; eaux vannes et eaux ménagères. Son rôle est de retenir les matières solides et les déchets flottants mais aussi de liquéfier les matières polluantes. L’évacuation des gaz de fermentation s’effectue par une ventilation secondaire.

Le pré-filtre piège les matières solides non retenues par la fosse. Il est constitué de matériaux filtrants (pouzzolane ou autres). Souvent intégré à la fosse, il est parfois placé entre la fosse et l’épandage. Il n’a pas de fonction épuratoire.

Le bac dégraisseur ou bac à graisses (optionnel) retient les matières solides, graisses et huiles contenues dans les eaux de cuisine, de salle de bain, de machines à laver (eaux ménagères).

Un nettoyage fréquent du bac à graisses est fortement conseillé.

Son installation est préconisée dans les cas suivants :

  • si la longueur de canalisation entre l’habitation et la fosse est supérieure à 10m,
  • en cas d’activités spécifiques.

 

Traitement secondaire

Un filtre à sable vertical est constitué d’un massif de sable siliceux lavé qui remplace le sol naturel. Des tuyaux d’épandage rigides (canalisations dont les perforations sont orientées vers le bas) sont placés dans une couche de graviers qui recouvre le sable répartissant ainsi l’effluent sur le massif. Les eaux usées sont alors traitées par les micro-organismes fixés aux grains de sable.

Dans le cas où la nappe phréatique est trop proche de la surface du sol, le filtre à sable vertical peut être réalisé au-dessus du sol en place sous la forme d’un tertre.

Un lit filtrant à flux horizontal est constitué d’une succession horizontale de matériaux graveleux et sableux. Les eaux usées sont réparties en tête du filtre par un drain rigide enrobé de graviers. Elles transitent ensuite à travers les différentes couches de matériaux de plus en plus fins où elles sont traitées par les micro-organismes, puis elles sont collectées à l’aval par un drain avant d’être rejetées dans le milieu superficiel.

 

Évacuation

Selon la perméabilité du sol naturel, les eaux traitées sont :

  • soit évacuées par infiltration dans le sous-sol ou utilisées pour l’irrigation de végétaux non destinés à la consommation humaine,
  • soit à défaut et sur étude particulière, évacuées vers le milieu hydraulique superficiel,
  • soit évacuées vers un puits d’infiltration (si l’une ou l’autre des deux solutions précitées ne conviennent après une étude hydrogéologique et autorisation du maire de la commune).

Article Communiqué Entretien d'un filtre à sable en assainissement autonome - © AMI Assainissement
prestations services assainissement - Engagements prestations services AMI assainissement

AMI assainissement et les engagements sur nos prestations de services en Assainissement

Professionnels de l’entretien et de la maintenance – Prestations Services Assainissement Non Collectif


AMI assainissement, société de prestations de services d’entretien et de dépannage s’engage à :

  • Respecter la réglementation, les règles de l’art et notamment la norme NF P16-008 sur l‘entretien des installations d’assainissement non collectif ;
  • Posséder une assurance valide couvrant les prestations engagées ;
  • Etre formés et pouvoir justifier d’une formation pour l’entretien et la maintenance des installations entretenues, en tenant compte des particularités des dispositifs par produit et par fabricant ;
  • Avoir la capacité de proposer un contrat d’entretien standard ;
  • Informer l’occupant (et le propriétaire, le cas échéant) de l’état de fonctionnement, des opérations effectuées et des éventuels dysfonctionnements constatés dans un rapport d’intervention remis à l’usager et consigner les opérations effectuées dans le cahier de vie de l’installation.

Les engagements des professionnels de la vidange

  • Respecter la réglementation, les règles de l’art et notamment la norme NF P16-008 sur l‘entretien des installations d’assainissement non collectif ;
  • Posséder une assurance valide couvrant les prestations engagées ;
  • Etre titulaire d’un agrément préfectoral des personnes réalisant les vidanges et prenant en charge le transport et l’élimination des matières extraites des installations d’assainissement non collectif, conformément à l’arrêté du 7 septembre 2009 modifié le 3 décembre 2010 ;
  • Etre formés pour la vidange des dispositifs d’assainissement non collectif ;
  • Remettre en eau l’installation ou informer le propriétaire par écrit, en amont de la vidange, de la nécessité de la remettre en eau ;
  • Informer l’occupant (et le propriétaire, le cas échéant) de l’état de fonctionnement, des opérations effectuées et des éventuels dysfonctionnements constatés, délivrer un certificat de vidange (bordereau de suivi des matières de vidange) à l’usager et consigner les opérations effectuées dans le cahier de vie de l’installation.

Télécharger le document Sensibilisation_propriétaire_entretien_maintenance_IFAA

Voir également notre article  » Vidange assainissement autonome : préconisations fabricants et règles » pour mieux comprendre vos obligations.

https://www.entretien-microstation.fr/vidange-assainissement-autonome-preconisations-fabricants/

 


Engagements prestations de services d'entretien et de dépannage © AMI assainissement
Contrat d'entretien AMI assainissement pour pompe de relevage

Contrat d’entretien AMI assainissement pour pompe de relevage

Comme tout système complémentaire à une installation d’assainissement autonome, la pompe de relevage, aussi appelée poste de relevage ou station de relèvement doit faire l’objet d’une vérification périodique.  C’est pourquoi la souscription à un contrat d’entretien pour un poste de relevage est une solution particulièrement adaptée.

La pompe de relevage est un organe important du dispositif de traitement des eaux usées si celui-ci en est équipé.


Quelle est la fonction d’une pompe de relevage ?

La pompe de relevage des eaux usées fait partie du système de traitement des eaux usées domestiques.

La principale fonction d’une pompe de relevage est d’évacuer les effluents qui proviennent du système principal de traitement des eaux usées vers l’exutoire.

L’exutoire (qui est le lieu de rejet des eaux usées traitées) est situé en aval du système d’assainissement. Si l’exutoire se trouve quelques mètres plus haut que la sortie du système principal de traitement, il faut alors utiliser une pompe de relevage.

Par conséquent, si la pompe de relevage n’est pas régulièrement entretenu, c’est tout le système en place qui peut se trouver hors service. De surcroit, des conséquences désastreuses pour l’usager et le voisinage proche peuvent survenir. (débordement, reflux dans l’habitation, colmatage, odeurs nauséabondes, nuisances sonores…).

Le dimensionnement du poste de relevage est parfois de taille imposante

L’intervention sur ces grosses unités de relèvement en assainissement doit impérativement être réalisée par des techniciens qualifiés et habilités. Effectivement, les risques liés à l’intervention ne sont pas à prendre à la légère, elles ne sont pas sans danger pour les intervenants.

Contrat d’entretien pour poste de relevage

Le contrat d’entretien dédié au poste de relevage est une solution idéale.

En effet, il permet à l’usager (particulier ou professionnel)  une tranquillité et d’assurer le bon fonctionnement du matériel en place.

Généralement, une intervention périodique annuelle sur un poste de relevage suffit.

AMI assainissement vous offre la possibilité de souscrire un contrat d’entretien dédié au poste relevage.

Que contient le contrat d’entretien AMI assainissement pour un poste de relevage ?

Le contrat d’entretien AMI assainissement comprend une visite contractuelle, pour les interventions suivantes :

  • vérifications de l’équipement électromécanique, module technique et des éléments
  • contrôle du bon fonctionnement du système (déclenchement de la pompe, alarme si présence,….)
  • vérification de l’état général du poste (couvercle, visserie, planéité de l’ouvrage,…)
  • entretien des équipements précisés dans la partie option

En plus de cette visite et sur simple appel de l’utilisateur, un technicien  interviendra pour tout dépannage et réparations et ce, dans les 48 heures ouvrés de l’appel !

 

Pour connaitre les conditions et tarifs, n’hésitez  pas à nous consulter

Sur le même thème :

 

Pourquoi entretenir son poste de relevage ?


Article Communiqué Entretien poste de relevage - Contrat d'entretien AMI assainissement pour pompe de relevage
© AMI Assainissement