Pourquoi entretenir son poste de relevage ?

Entretenir-son-poste-de-relevagePourquoi entretenir son poste de relevage en assainissement?

L’entretien d’une pompe de relevage est l’ opération importante à ne pas négliger. Elle sert à pérenniser le dispositif d’assainissement en place. 

A quoi sert une pompe de relevage ?

La pompe de relevage sert à relever les eaux usées.

Aussi, la pompe de relevage est placée dans une station de relevage ou poste de relevage ou encore station de relèvement.

Effectivement, ce dispositif  est utilisé lorsque le  terrain où se trouve le poste de relevage n’a pas une pente suffisante pour évacuer  les eaux usées .

En effet, il faut installer un poste ou station de relevage afin de permettre aux eaux usées de s’écouler par gravité. Ainsi, en écoulement gravitaire, la pente est nécessaire à l’écoulement. De plus, la gravité assure la motricité des eaux usées du point le plus bas vers le point le plus haut.

Principe de la pompe de relevage

Le dispositif qui sert à relever les eaux d’une certaine hauteur est la pompe de relevage . Surtout si celles-ci se situe à un niveau inférieur par rapport au réseau d’assainissement.

Par conséquent, elle peut être utilisée dans le cadre d’un relevage :

  • d’eaux claires ;
  • d’eaux-vannes ;
  • d’eaux usées chargées de boues.

De plus il existe plusieurs sortes de pompes de relevage qui seront adaptées en fonction des eaux à relever.

Les risques d’un poste de relevage mal entretenu

Un poste de relevage mal ou peu entretenu, risque d’avoir de graves conséquences pour l’ensemble du dispositif de traitement des eaux usées.

Les effets indésirables constatés sont :

  • Un débordement du poste de relevage dans la cave ou le garage de l’habitation,
  • Un débordement à l’extérieur de l’habitation, sur le terrain,
  • Une nuisance olfactive pour l’usager et le proche voisinage,
  • La monté en charge du système d’épuration en place avec des problèmes électromécanique de transfert de cuve à cuve,
  • Un colmatage de filtre, composant le dispositif de traitement.

Précaution pour un fonctionnement pérenne de votre poste de relevage

Veillez à respecter les bons gestes d’usages afin de préserver au mieux votre poste de relevage, .

Également, ne jetez pas de matières non biodégradables,  de matières solides, de solutions corrosives,  de substances dangereuses pour l’environnement aquatique, de liquides inflammables, d’huiles et de graisses…

 L’efficacité du  traitement des eaux vannes est importante pour la santé publique. Cela participe à ce qu’elles ne polluent pas l’environnement.

 En quoi consiste l’entretien d’un poste de relevage ?

L’intervention d’entretien sur un poste de relevage consiste principalement à vérifier et nettoyer les différents organes de la pompe de relevage :

  • Eliminer les graisses qui se déposent sur les parois et le flotteur
  • Nettoyer les clapets anti retour
  • Dépose de la pompe et de la crépine pour nettoyage

Nous conseillons une intervention annuelle pour l’entretien de votre poste de relevage

Ami assainissement peut vous proposer un contrat d’entretien adapté à votre poste de relevage.

Pour connaitre les conditions et tarifs, n’hésitez  pas à faire une demande de devis GRATUIT

Dispositif Assainissement Non Collectif : ce que dit la loi en vigueur

Dispositif Assainissement Non Collectif : ce que dit la loi en vigueur

Etre propriétaire ou usager d’un système de traitement des eaux usées, d’un dispositif d’assainissement autonome qu’il s’agisse d’une micro-station d’une fosse septique, d’une fosse toutes eaux d’un filtre planté de roseaux nécessite une surveillance périodique de l’installation.

L’assainissement est une affaire sérieuse, elle détermine l’un des éléments de confort les plus importants de votre foyer.

Responsabilité de l’usager

Tous les particuliers, propriétaire ou locataire d’une habitation située dans une zone d’assainissement non raccordée au tout à l’égout, utilisant par conséquent un système d’assainissement non collectif, se retrouvent de facto responsables de la mise aux normes et de l’entretien du dispositif.

Une installation rustique ou inadaptée peut entrainer bien des désagréments. Cela peut avoir un impact néfaste pour les résidents de l’habitation mais aussi pour l’environnement proche de l’installation.

Il est important de souligner qu’il est de la responsabilité du propriétaire d’en assurer le fonctionnement en réalisant l’entretien et en faisant périodiquement vidanger son installation (code de la santé publique)

Contrôle des installations par l’agent du service public

La loi confère aux agents du service d’assainissement non collectif, le SPANC, l’Agence de l’eau ou la Police de l’eau, un droit d’accès aux propriétés privées pour le contrôle de ces installations.

La loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 31 décembre 2006 a introduit de nouvelles dispositions sur l’Assainissement Non Collectif (ANC), un mode d’épuration des eaux usées qui touche 5.4 millions de logement.

La mission de service public confiée aux communes (en date du 1er janvier 2006) doit garantir la salubrité publique et s’assurer de la compatibilité des systèmes d’assainissement avec les exigences de la santé publique et de l’environnement.

La vérification et surveillance périodique de tout dispositif d’assainissement autonome est nécessaire. Elle procure une tranquillité aux propriétaires et locataires, elle garantit le bon fonctionnement des installations.

Ce que disent les textes pour l’entretien et la vidange d’un assainissement non collectif

Pour un simple entretien ou une vidange, les textes indiquent uniquement que ceux-ci doivent être réalisés « régulièrement ».

Dans la pratique, la périodicité de vidange de la fosse toutes eaux doit être adaptée en fonction de la hauteur de boues qui ne doit pas dépasser 50% du volume utile (Arrêté du 7 septembre 2009 fixant les prescriptions techniques applicables aux installations d’ANC recevant une charge brute de pollution organique inférieure ou égale à 1,2 kg/j de DBO5). Pour des installations de type micro-station, on constate suivant les préconisations des fabricants une hauteur de boues à ne pas dépasser de 30% à 50% du volume utile.

Pour des informations précises sur la périodicité de vidange de votre installation, nous vous conseillons de vous référer au guide de l’utilisateur du fabricant de votre dispositif d’assainissement.

Deux arrêtés, respectivement du 7 mars 2012 et du 27 avril 2012, entrés en vigueur le 1er juillet 2012, révisent la réglementation applicable aux installations d’assainissement non collectif :

Egalement en bref :

  • Loi sur l’eau du 3 janvier 1992 : elle impose aux élus d’assurer la compétence « contrôle » des installations ANC, et de créer un SPANC pour le 31 décembre 2005 au plus tard.
  • Loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006 : elle maintient la compétence obligatoire des communes en matière de « contrôle ». Elle créée la possibilité de créer des SPANC « à la carte » avec prise en charge de compétence(s) facultative(s), à la demande des usagers. Elle introduit la création d’un agrément préfectoral pour les personnes qui effectuent la vidange et l’entretien des installations ANC.

Les entreprises d’assainissement proposent aux communes de prendre en charge la compétence entretien dans le cadre d’une Charte de Qualité avec les professionnels agréés et de maintenir un équilibre concurrentiel local.

  • Arrêté du 22 juin 2007 : il porte notamment sur les dispositifs d’assainissement non collectif recevant une charge brute de pollution organique supérieure à 1,2 kg/j de DBO5 (soit 20 Equivalents Habitants).
  • Arrêtés du 6 mai 1996 : ils portent sur les prescriptions techniques et sur les modalités de contrôle applicables aux systèmes d’assainissement non collectif.
  • Circulaire du 22 mai 1997 : elle apporte des précisions sur l’application des arrêtés du 6 mai 1996.

Camping et assainissement non raccordé au tout à l’égout

Camping et assainissement non raccordé au tout à l’égout

Parc résidentiel de loisirs : camping et assainissement non raccordé au tout à l’égout

La gestion de l’assainissement des eaux usées d’un camping qui fait partie de la catégorie des parcs résidentiels de loisirs est à prendre au sérieux. Il en va de la qualité de prestation proposée à la clientèle venue profiter de leur séjour et du respect des normes de rejets liés à l’activité.

Gestion de la variation de la fréquentation au cours de l’année base et haute saison

L’exploitant du camping doit se reposer sur un dispositif de gestion de traitement des eaux usées efficace et performant. Ce dispositif doit répondre à une gestion de flux durant la haute saison, avec en général, un pic de deux mois en juillet août et une gestion partielle durant la basse saison. Durant la période hivernale, l’activité du camping est réduite ou en arrêt total.

Contrôle du dispositif de  traitement des eaux usées

Il est donc important de procéder, en début de saison, à un contrôle complet du dispositif en place, qu’il s’agisse de la station de traitement mais aussi des différents modules complémentaires en amont ou en aval : dégrilleur, filtre(s), poste(s) de relevage, regards …

Saison tranquille pour vous et vos clients

Vous éviterez bon nombre de déconvenues et désagréments comme :

  • Les nuisances olfactives
  • Les pannes, casses ou détériorations prématurées du système de traitement
  • Les nuisances sonores
  • Les risques de colmatage

Service proposé par AMI assainissement

Ami assainissement vous permet de profiter de son expertise pour effectuer des contrôles et tests de l’ensemble de l’installation d’assainissement autonome en place  sur le site du camping avant le début de saison.

Je souhaite faire une demande de DEVIS GRATUIT (réponse sous 24h)
ou
Je fais une demande d’intervention

Analyses in-situ

1. A quoi sert un prélèvement in-situ ?

A faire des prélèvements sur une période de 24H qui permettent de diluer d’éventuels pics de pollution ou des périodes de non alimentation pour traduire un résultat probant

2. Pourquoi 24h et pas de prélèvement ponctuel ?

Si on réalise un prélèvement ponctuel, on aura le résultat de ce qui vient d’arriver dans la station (exemple un bidon d’eau de javel) ou de ce qui en sort à ce moment là (exemple grosse arrivée d’effluents ponctuels)

3. Les outils utilisés par AMI assainissement

AMI assainissement utilise un appareil, le préleveur 24H  dont le prélèvement sera réparti dans 5 flacons  qui à leur tour seront envoyé à un laboratoire.
Ces prélèvements sont réalisés automatiquement par l’appareil auto alimenté à raison d’un prélèvement toutes les 15 minutes.

Préleveur 24H et échantillons

4. Le process de prélèvement

Balisage de la station à prélever.

Installation du préleveur selon le dispositif d’épuration existant :

  • dans le bac de prélèvement ou
  • dans un regard en aval pour un prélèvement en sortie ou
  • dans le bassin de décantation ou
  • dans un regard en amont pour un prélèvement en entrée

Sécurisé durant les 24H l’accès à l’appareil ne pouvant être verrouillé.

5. Les résultats et leur interprétation

Les prélèvements sont acheminés dans leurs flacons et dans un compartiment froid (glacière) vers un laboratoire d’analyse pour des résultats de DBO, DCO, PH, MES et Phosphore total.

D’autres demandes de recherches de produits toxiques peuvent être demandés, mais ils devront être ciblés.
Un rapport est alors édité suite aux résultats obtenus et il peut être commenté.

AMI assainissement vous propose le service d’analyse in-situ le « bilan 24h » afin d’ intervenir plus efficacement sur votre dispositif d’assainissement autonome.

Je fais une demande de DEVIS GRATUIT (réponse sous 24h)

Conception des installations d’Assainissement Non Collectif

La norme NF P16-006 a pour objet d’identifier et d’exploiter les données indispensables permettant la conception, le dimensionnement et le choix d’une filière d’Assainissement Non Collectif en un site donné selon des critères accessibles et transparents.

Missions
Les rôles et responsabilités du maître d’ouvrage et du maître d’œuvre sont précisés, le déroulement de la phase de conception en ANC est décrite.

Principes Généraux
Pour des raisons de santé publique et de protection de l’environnement, tout bâtiment non raccordé au réseau public de collecte doit disposer d’un système d’assainissement lui permettant de traiter les eaux usées produites sur site.

Typologie des filières d’Assainissement Non Collectif
Toute filière d’Assainissement Non Collectif doit assurer la collecte, le traitement et l’évacuation des eaux usées domestiques ou assimilées.

Étude de conception
L’étude de conception de l’Assainissement Non Collectif permet au maître d’ouvrage de disposer des éléments nécessaires au choix de son installation d’Assainissement Non Collectif.

Télécharger l’article complet : Synthèse norme conception

Référentiel de diagnostic des installations d’Assainissement Non Collectif

Les agents des SPANC sont chargés d’établir le diagnostic des installations d’assainissement non collectif la FP2E et l’IFAA ont décidé avec quelques partenaires volontaires (CERIB, FNAIM, OBIPIA, SPANC Nice Côte d’Azur) de construire sous forme d’un Accord AFNOR un référentiel de diagnostic des installations d’ANC.

Le référentiel de diagnostic de l’ANC faisant l’objet de l’accord Afnor P16-635 est le résultat d’un échange constructif et consensuel entre professionnels du domaine, et produit un outil de diagnostic commun à tous les spécialistes en charge des contrôles d’ANC.

C’est un outil qui permet de répondre en tous points aux textes réglementaires, prescriptions techniques et contrôle, sur l’ANC.

Composition de l’« Accord Afnor »

L’accord Afnor P16-635 est un document qui comprend 4 chapitres et une annexe informative :

Partie 1 : l’explication du contexte

« Le danger sanitaire existe dès lors que des eaux usées sont produites dans une maison »
« De nombreuses technologies à diagnostiquer »

Partie 2 : le document de diagnostic

« La fiche déclarative »
« La grille de diagnostic : grille factuelle »

Partie 3 : le document de rendu du diagnostic

« Tableau général »
« Le tableau des réponses négatives »
« Le tableau des mesures effectuées »
« Le tableau de l’absence de réponses »
« Compte rendu final de diagnostic »

Partie 4 : méthodologies de contrôle et protocoles de mesures

« Ce que ne fait pas le référentiel : l’interprétation du diagnostic »

Télécharger l’article complet : referentiel-de-diagnostic-des-installations-d-anc

Entretien et maintenance des installations d’Assainissement Non Collectif

CONNAISSANCE DE L’INSTALLATION ANC

Cette norme précise l’obligation de connaissance de l’installation ANC. La préparation d’une intervention de terrain commence par la connaissance de l’installation en place.

Pour déterminer les opérations d’entretien à effectuer, une visite préalable et un diagnostic de l’installation d’Assainissement Non Collectif est à prévoir.

PRÉCONISATIONS D’ INTERVENTION ET IDENTIFICATION DES OPÉRATIONS

La sécurité des personnes effectuant la visite préalable et l’opération d’entretien, mais aussi éventuellement d’autres personnes présentes lors de ces opérations, doit être assurée à tout instant.

Cette norme précise les connaissances techniques nécessaires à la réalisation de l’entretien.

MISE EN ŒUVRE DE L’ENTRETIEN

Suivant la typologie de l’installation, l’usage qui en est fait, mais aussi la possible implication du propriétaire dans l’entretien de son installation ANC, une prestation (entretien annuel) à des niveaux de service et d’intervention différents peut être proposée.

Il s’agit de prestations préventives. Le prestataire s’engage à mettre en œuvre un certain nombre de moyens, définis contractuellement, qui sont destinés à maintenir l’installation ANC dans un état normal de fonctionnement de performances.

QUALITÉ DU SERVICE D’ENTRETIEN

Les critères de choix d’un prestataire de service et également des critères et indicateurs de performances du service sont abordés : les qualifications, les capacités de gestion des déchets et des boues, l’impact de la méthode de travail et des modalités administratives et financières.